Home CONSEILS CARRIERE 7 choses à faire pour cartonner lors d’un entretien de recrutement

7 choses à faire pour cartonner lors d’un entretien de recrutement

564
0

L’interview de recrutement fait partie de la panoplie d’outils à la disposition du recruteur pour prendre sa décision. C’est rarement la première étape d’un processus de recrutement. Si cette étape sert souvent à confirmer ce que l’on a comme information déjà sur le candidat, ce peut être également l’occasion de retourner la situation en faveur du candidat. A l’inverse un entretien mal préparé peur avoir pour conséquence de ruiner tous les efforts du candidat.

Il y a plusieurs types d’entretiens de recrutement (seul face à l’intervieweur, face à panel, entretien de groupe…). C’est souvent l’occasion pour le recruteur et le candidat de se rencontrer (sauf pour l’entretien téléphonique). Il faut noter dans tous les cas qu’il s’agit d’un exercice qui impose le contact, souvent le premier entre le candidat et le recruteur. Il requiert donc d’être abordé différemment des autres étapes du processus de recrutement.

Le processus de recrutement est souvent générateur de stress plus particulièrement pour le candidat. Ce stress atteint son paroxysme lorsqu’il s’agit pour le candidat de se soumettre à l’exercice du face à face avec le recruteur, qui, par la décision qu’il lui reviendra de prendre une lourde responsabilité. Les enjeux sont lourds pour les deux parties.

Le candidat peut toutefois augmenter ses chances de réussir cet exercice en s’y prenant comme il faut. Voici 7 choses à faire pour cartonner lors d’un entretien de recrutement.

1.    Se prépare correctement

Se préparer c’est anticiper, prévoir, s’entrainer. Il s’agit, pour affronter l’entretien, de prévoir le plus précisément possible le déroulement dudit entretien pour pouvoir se doter des outils, comportements nécessaires pour l’aborder.

La préparation est très importante. Les enjeux sont importants, à la hauteur de l’importance que revêt un emploi pour celui qui en cherche. J’ai personnellement participé à des entretiens pour le recrutement à des positions très élevées avec des candidats qui n’avaient visiblement rien préparé.

Comment préparer alors un entretien ?

Il faut d’abord prendre conscience de l’enjeu de l’entretien. C’est l’occasion de rencontrer le recruteur avec la possibilité de se défendre dans un format qui permet plus de souplesse et plus d’interaction. C’est donc une chance formidable de défendre sa candidature. C’est donc un exercice dont il faut prendre conscience de l’importance et en tirer parti.

Il faut avoir une connaissance parfaite des éléments suivants :

–       Son CV

Il faut connaitre son CV sur le bout des doigts et être en mesure d’en défendre chaque aspect. Il faut revoir, relire son CV et toujours être en mesure de lier son parcours aux exigences du poste que l’on sollicite.

–       L’entreprise

Il faut s’informer de manière précise sur l’entreprise qui offre le poste. Il ne s’agit pas ici de donner des généralités que l’on peut trouver çà et là, il faut donner des éléments précis comme sa part de marché, ses concurrents, ses produits, sa stratégie commerciale ou toute information pertinente concernant l’entreprise.

–       La vacance de poste

Je suis parfois étonné du peu d’importance accordée par les candidats à la vacance de poste. En réalité tout est là. L’entreprise vous décrit dans la vacance de poste, tirée de la description de poste, toutes les exigences requise pour le poste. Il vous dit là ce qu’il souhaite. Et certains candidats ne prennent même pas la peine de la lire, ou la lisent de façon superficielle.

Comment étudier la vacance de poste ?

Il faut le faire au regard de son profil. Prenez un tableau à deux colonnes et autant de ligne pour contenir les différentes rubriques ou sections de la vacance de poste. Dans la première inscrivez toutes les rubriques de la vacance de poste, dans la deuxième colonne tous les éléments de votre parcours illustrant le contenu de la vacance de poste. Voir le tableau ci-dessous. Ceci vous permettra de vous situer parfaitement par rapport aux exigences du poste. Vous pourrez ainsi répondre en connaissance de cause à toutes les questions qui pourront vous être posées en conséquence.

–       Les questions

Tous les entretiens ne se ressemblent pas. Mais il n’est pas acceptable que l’on ne puisse pas répondre à une question du genre : Pouvez-vous vous présenter ? Il y a donc des questions courantes. Vous pouvez en trouver sur internet. Le plus important est d’identifier ces questions, s’entraîner à y répondre de manière précise et concise.

2.    Soigner sa présentation

Nous y voilà, vous vous êtes bien préparés et voici le grand jour. Vous allez effectivement participer à l’entretien. Ça semble évident, mais c’est là que vous rencontrez le recruteur, d’où la nécessité de faire bonne figure.

C’est une étape à ne pas négliger. Vous pouvez sérieusement diminuer vos chances si vous bâclez votre présentation. Bien sûr ce n’est pas un défilé de mode mais quelques conseils de base sont à respecter. Le principe d’éviter tout ce qui peut distraire le recruteur et jouer contre vous.

Optez pour une tenue formelle sans extravagance avec des couleurs sobres. Soignez votre coiffure et si vous avez décidé de vous parfumer opter pour quelque chose de discret.

3.    Ne soyez pas en retard

Venez bien avant le début de l’entretien, au moins une demi-heure avant. Informer vous sur le lieu exact de l’entretien, la configuration des lieux, allez aux toilettes si nécessaires et donnez-vous du temps d’attente pour faire baisser la pression et revoir vos notes si nécessaire. Ce petit temps pour soi est cristal pour se poser et faire le plein de sérénité.

4.    Faire preuve d’enthousiasme

Voici un aspect négligé par les candidats lors de l’entretien. Il est important de démontrer que vous avez la ferme envie d’avoir le poste auquel vous postulez. Voilà le tableau : vous avez fait de longues études ou disposez d’une connaissance pratique poussée dans un domaine, vous avez entrepris des démarches pour la recherche d’emploi, vous postulez à une position et vous êtes invités à l’interview. Et là toute votre attitude, élocution, comportement démontrent que vous ne voulez pas le poste. C’est une situation qu’il faut absolument éviter.

Vous devez pour éviter cela vous assurer que vous renvoyer l’image d’une personne engagée à avoir le poste. Il faut arborer le sourire, démontrer que vous avez pris des initiatives pour collecter des informations sur l’entreprise et montrer votre intérêt pour ses produits et services. Il faut dire (par des mots) votre plaisir de participer à l’entretien et apprécier l’opportunité qui vous est offert. Attention, votre langage corporel doit être en parfaite concordance avec vos mots. La dissonance entre vos mots et vos gestes saute aux yeux.

5.    Gérer l’entretien avec professionnalisme

Maintenant vous vous retrouvez face à/aux personne (s) en charge de vous faire passer l’entretien. Prenez les choses en main. Il est vrai que durant l’entretien le recruteur pose les questions et le candidat répond. Mais le candidat n’est pas obligé d’adopter une attitude passive à tout point de vue. Il faut vraiment s’approprier l’exercice en donnant le maximum et en démontrant son engagement.

Comment faire ?

–       Maximisez les premiers instants

Les premiers instants de l’entretien sont important. C’est en général très court mais vous ne devez rater aucune occasion de faire bonne impression. Ayez un contact visuel direct avec vos interlocuteurs. Ayez le sourire. Si l’on vous tend la main serrez la avec fermeté sans l’écraser. Si l’on vous souhaite la bienvenue remerciez et dites le plaisir que vous avez à participer à l’entretien.

Ayez cette attitude quel que soit les circonstances de l’entretien. Un bon mot ne fait jamais de mal.

–       Prise de notes

Ayez toujours de quoi prendre note. Il ne s’agit pas d’avoir son nez rivé sur son cahier en oubliant ce qui se passe autour de soi. Gardez le contact visuel tout en portant sur papier quelques mots clés de ce que dit votre interlocuteur. Cela permet de ne pas oublier le fil de la conversation, de revenir sur ce qui a été dit sans obliger l’intervieweur à se répéter. C’est également un excellent moyen de faire le bilan une fois l’entretien terminé, car vous aurez plus de détails sur le déroulement des activités. Dès votre sortie de l’entretien, prenez quelques minutes pour vous poser et mettre sur papier vos impressions en complément de vos notes.

–       Ecoute et reformulation

Il faut écouter attentivement. Je parle d’écoute active, tendre l’oreille, avoir le contact visuel mais surtout démontrer avec son corps que l’on est présent. Ecouter et avoir le corps en retrait, faire dos ou s’occuper à farfouiller dans son sac ne vont pas de pair. Gardez toute votre attention pour votre interlocuteur.

Usez de la reformulation pour être sûr de comprendre les questions. Ne sautez pas sur les questions. Il est important de s’assurer de comprendre ce qui vous est dit. N’interrompez pas votre interlocuteur. Vous ne discutez pas avec des amis, s’il éprouve la nécessité de vous interrompre pour reformuler ou préciser laissez le faire. Cela le prouve que vous êtes utile car il vous apporte des éléments supplémentaires pour votre compréhension.

–       Soyez concret et précis : donnez des faits et des chiffres

L’entretien de recrutement n’est l’occasion de refaire le monde. Le recruteur use de cet exercice pour récolter des informations précises.

On vous posera des questions fermées (nécessitant en général de répondre par oui ou non) ou ouvertes (nécessitant de développer votre réponse). Il faut savoir faire la différence entre ces deux types de questions.

–       Soyez direct dans votre discours : utiliser des mots simples

Une communication réussie est une communication dans laquelle le message que vous souhaitez communiquer est effectivement parvenu à votre cible. Donc, durant l’entretien, usez de mots simples. Utilisez des phrases courtes (sujet, verbe, complément). Evitez les termes savants et assurez-vous que votre interlocuteur comprend bien ce que vous lui dites. N’hésitez pas à apporter des précisions si nécessaires et demandez parfois à votre interlocuteur s’il a bien compris ce que vous lui dites. Assurez-vous que le débit de votre discours n’est pas trop rapide, bien sûr il faut éviter d’endormir votre interlocuteur.

6.    Finissez bien l’entretien

La fin de l’entretien est primordiale. Autant la première impression compte, la dernière peut tout autant tout gâcher. Lorsque vous répondez à la dernière question il n’est plus nécessaire d’ajouter quoi que ce soit. On vous demandera parfois si vous n’avez pas de question, ne vous sentez pas obligé d’en poser. Si vous n’avez pas de visibilité sur le processus de recrutement, vous pouvez informer sur la suite. Gardez le sourire et rappelez le plaisir que vous avez eu à participer à l’entretien quel que soit l’impression que vous avez eu.

Il est également important de faire le suivi. Demandez le contact de la personne en charge et suivez l’évolution du processus en recontactant à intervalle régulier.

7.    Entraînez-vous

On ne le dira jamais assez. Pour maîtriser toute chose il n’y a rien de mieux que la pratique. Voici un exercice très simple à faire seul ou à deux. Allez sur internet et téléchargez les questions les plus courantes lors d’un entretien de recrutement. Trouvez une personne pour vous les poser et filmez-vous avec votre smartphone. Ensuite regardez et appréciez votre performance. C’est un moyen très simple de s’autoévaluer tout en s’entraînant.

Ibrahima Camara

Directeur Général Intellact Consulting

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here